CONGRÉGATION DES OBLATS DE

Mater Orphanorum

QUI EST LE PERE GIOVANNI ANTONIO ROCCO?

Le père Giovanni Antonio Rocco c.r.s. est né à Cercemaggiore (CB) en Italie le 28/04/1913, de Gianvincenzo Rocco et de Carmela Cantarini.

Il fréquente l’école primaire dans son pays d’origine, mais, déjà à l’adolescence, il est doté d’un grand esprit religieux. Après ses études primaires, en Octobre 1923, à l’âge de 10 ans, il fait son entrée dans le postulat des Somasques à Veleatri, puis à Rome et à Milan, où il fait ses études secondaires. En septembre 1928, il fait son entée au noviciat à Rome, et l’année suivante, il prononce ses premiers vœux. De 1929 à 1935 au séminaire de Genova, il s’applique avec succès aux études philosophiques et en Avril 1934, à seulement 21 ans, toujours à Rome,  il prononce solennellement ses vœux définitifs. En juillet de cette même année, il obtient son baccalauréat en Théologie à Como. 

Le 26 juillet 1936, en la Basilique du très Saint Crucifix, à Como, il fut consacré prêtre par son excellence Mgr. Alessandro Macchi c.r.s.

P. GIOVANNI ANTONIO ROCCO C.R.S.

FUNDADOR DE LA CONGREGACIÓN

“MATER ORPHANORUM”

FONDATEUR DE LA CONGREGATION

En septembre 1936, il est envoyé par le père général des Somasques, père Giovanni Ceriani c.r.s.,  dans le noviciat de Corbetta où l’année suivante, avec une spéciale dispense du saint père Pie XII, pour son jeune âge, est nommé  maitre des clercs du second noviciat. En novembre 1940, à l’université de Milan, il obtient avec un maximum de voix, le doctorat en philosophie ; ce qui lui permet de s’adonner à l’enseignement de la Philosophie, de la Théologie, de la Psychologie et de la Mariologie aux jeunes clercs en année de Théologie et de Philosophie des pères somasques. 

En 1945, fin de la guerre; place  au déni, à la ruine, au décombre, à la misère et au désespoir. Dans ce climat difficile et traumatisant, l’Esprit du Seigneur laisse tomber dans le cœur de ce fils de saint Gérôme Emilien, une de ses graines qu’il en répandra l’œuvre et le charisme: le soin des orphelins et de la jeunesse abandonnée. Ce qui préoccupe plus le cœur du père Antonio Rocco est la situation des orphelines et des jeunes filles abandonnées des villes et des campagnes.

 

Le père Antonnio Rocco est dévoué amoureux de la très Sainte Viège Marie. Déjà maitre des clercs somasques à Corbetta, l’aide le Recteur du Sanctuaire de la Madone des miracles, et juste devant cette statue des miracles, il a une très forte intuition qu’il avait depuis dans le cœur. Là, il a eu clair la sensation d’entendre une voix: «c’est Moi qui le veux».

PÈRE ANTONIO ROCCO ET LES ORPHELINS 

 

Immediately after the war, Father Rocco was shocked by the many orphan children and abandoned youth. From this situation is born the will and desire to found a charitable institution that he called “Mater Orphanorum,” which means Mother of Orphans.

Tout de suite après la guerre, le père Giovanni Antonio Rocco est touché par la situation de la jeunesse orpheline et abandonnée, et, il nait en lui la volonté de fonder une institution bénéfique qu’il appelle « Mater Orphanorum ».

Il l’a commencé seul, sans aucune ressource, sans aucune protection, sauf  la bénédiction du père général des Somasques et l’approbation de l’Archevêque de Milan. Tout de suite se joignent à lui deux jeunes filles, les premières Oblates, sœurs Roseta Pastori et sœur Mariuccia Tonetti et après, sœur Giannina. Tous quatre, ils ont commencé dans la pauvreté la plus absolue. Ils ont loué une maison à Castelletto par Cuggiono, et ont commencé à organiser et accueillir les filles orphelines. C’était en 1945. Depuis la première maison de la Mater Orphanorum fondée à Castelletto par Cuggiono, l’œuvre perdure.

 

LES ÉTAPES DE L’ŒUVRE MATER ORPHANORUM 

 

08 septembre 1945 : le père Antonio Rocco à Castelletto par Cuggiono, commence l’œuvre avec l’ouverture de la première maison louée où il accueille beaucoup de filles abandonnées, restées sans parents et démunies, au sortir de la seconde guerre mondiale. Comme par miracle, en peu de temps, plusieurs instituts ont vu le jour en Italie, et puis au-delà du continent européen. 

Sur la place historique de la bataille de Legnano, fut construit le premier temple au monde, dédié à la très Sainte Vierge Marie, Mère des orphelins: «Orphanorum Matri». 

En l’année 1955, le Pape Paul VI, évêque de Milan, a béni le temple qui constitue la plus grande et belle œuvre dédiée à la mère de Dieu, avec le doux nom de « Mère des Orphelins ». La « Mater Orphanorum » est missionnaire par naissance, par son idéale, par ses généreuses conquêtes. Ces paroles prises dans la constitution des Oblates de la Mater Orphanorum, présentent la carte de la bienveillante institution et un programme apostolique très actuel. Tout le monde est le champ  ouvert à nos possibilités «missionnaires».

  

Depuis le 08 septembre 1945, lorsque le premier groupe des Oblates se réunit sous le nom de «Mère des Orphelins» à Castelletto par Cuggiono, au décret d’érection canonique (18/04/1968), la graine est devenue l’arbre: une douzaine d’instituts, des centaines de filles nécessiteuses ont retrouvé un abri et le sourire. 

La mission en Amérique latine: Guatemela, El Salvador, Colombie.

En Afrique: Cameroun (Toubore et Ngaoundéré) et Angola (diocèse de Uije)

Le père Antonio Rocco est décédé le 16 juillet 2003 à Legnano, il repose dans le sanctuaire «Orphanorum Matri» de Legnano  qu’il a fait construire.

con superiori
padre rocco con un gruppo di suore
MIHI  FECISTIS

«Tout ce que vous faites au plus petit de mes frères, vous l’aurez fait à moi»

(Mt. 25, 40)

​​​​© 2018 by  MATER  ORPHANORUM

All rights reserved