CONGRÉGATION DES OBLATS DE

Mater Orphanorum

Brève Histoire de la Mère D'Orphelins

L’œuvre de la Mater Orphanorum est née le 08 septembre 1945 en Italie, du Père Giovanni Antonio Rocco de l’ordre des Pères Somasques, dans le pur esprit de son fondateur, Saint Jérôme  Emilien, père des orphelins et de la jeunesse abandonnée.

Avec l’approbation du Père Général de l’ordre de Somasque et du Cardinal Schuster, le père Antonio Rocco a fondé une famille religieuse dans l’esprit de charité pour le salut de la jeunesse abandonnée, de toute sa personne.

Le « MIHI FECISTIS », donne l’étendue évangélique de la mission, avec une attention particulière pour la jeunesse abandonnée, les orphelins, et les nécessiteux.

Homme de personnalité douce et déterminée, le père Rocco  est animé d’une très tendre dévotion à la très Sainte Vierge Marie, il a nourri sa dévotion mariale avec les enseignements de saint Louis Grignon de Montfort.
 

Imprégné du feu de l’amour à soulager la souffrance et le malheur des enfants, à consoler les malades, à assister les personnes âgées et à aider les faibles.

Avec la confiance en Marie, Mère des Orphelins, il a fondé d’autres structures d’accueil pour enfants en détresse en différents lieux : au Guatemala, au Salvador, en Colombie, au Cameroun.

Au-delà des difficultés et des misères qu’il a rencontrées sur la route, il n’a jamais douté ni perdu espoir, il continuait sans relâche sa mission.
 

Il a toujours regardé avec ardeur et un cœur passionné, les priorités du territoire où il arrivait, l’enfance abandonnée et nécessiteuse de l’Amérique centrale et de la Colombie. Pour le Cameroun la priorité a été donnée aux lépreux, aux malades, à la condition de la femme et à sa dignité. En Italie, l’accent a surtout été mis sur les orphelins, les personnes âgées, les étrangers. Les Sœurs Oblates de la Mater Orphanorum continuent l’œuvre de leur fondateur.
 

Le Père Rocco décède en Italie le 16/07/2003 avec la même foi en Dieu, la dévotion à Marie et à Saint Jérôme Emilien. 

 

MIHI  FECISTIS

«Tout ce que vous faites au plus petit de mes frères, vous l’aurez fait à moi»

(Mt. 25, 40)

​​​​© 2018 by  MATER  ORPHANORUM

All rights reserved